“Bruno Coppens est un enfant de la bulle. Celle qu’on se fabrique pour s’évader en rêves, de digressions en divagations, de chimères en fantasme, de folie en délire. Il a la spontanéité vive de l’enfant, le sourire innocemment charmeur et la poésie innée. Ses jouets sont les mots. Il les lance dans tous les sens, les dérange avec ironie, les allie en complice, les transforme effrontément pour en faire des nœuds de mots qu’il sert et ressert à volonté au public ébaubi. Et ses mots finissent par se jouer de nous, nous laissant sans voix face à tant d’enthousiasme .” 

Le Vif l’Express

 Jongleur fou des mots, Bruno Coppens a tracé une voie unique dans le domaine de l’humour belge devenant le plus francophonissime des humoristes belges, jouant de Montréal à Avignon en passant par Bucarest, Dakar ou Verviers. 

Ma Terre Happy, 2007

Chroniqueur pour l’émission phare de la RTS « les Dicodeurs » (La Première – Suisse), pour diverses émissions  de la Première (RTBF- Belgique) « Le jeu des dictionnaires », « La Semaine infernale », « Cafés serrés », « Un Samedi d’Enfer », de Vivacité (RTBF) « Les Enfants de Choeur » ou encore pour le “Fou du Roi” de Stéphane Bern (France Inter – France), Bruno trimballe son humour sur les ondes et sur les planches avec le même envie de démêler le vrai du fou! 

Il est parvenu à conquérir un public de plus en plus large, au-delà de nos frontières, baptisé au Québec le « verbo-moteur », il a écrit et joué 7 seuls en scène: de “Ma Déclaration d’humour” (+ de 400 dates au compteur!) à Ma Terre happy ! (nominé “Meilleur Seul en scène’ de la Communauté française de Belgique (2007)) en passant par “Mes singeries vocales », « Trac! », «La vie est un destin animé »,  « Loverbooké! » et actuellement « Andropause ».  Il met les mots sens dessus dessous, sons déçus des sens, fusionnant humour et poésie, à déguster sans modération. 

En TV, Bruno incarna près de 10 ans « Mr Virgule » dans  l’émission jeunesse “Ici-Blabla” (RTBF) pour lequel il s’inspira de son expérience de père de 3 enfants, vivant à Tournai où il naquit  en juin 1960. Il y vécut jusqu’au départ pour l’université de Louvain-La-Neuve où il dérocha son diplôme en Philologie Romane (UCL) tout en se lançant dans des expériences théâtrales et l’écriture ses premiers sketches. Ceux-ci le mèneraont au Festival du Rire de Rochefort où emportant Prix de la Presse et du Public, il entama une tournée de café-théâtres et de divers festivals (Montreux en Suisse, Avignon, Juste pour rire à Montréal, … ) qui seront les premières étapes de sa carrière.

« Découvrir que la langue n’était pas un espace strict, fermé, mort, mais, au contraire, un territoire d’une grande liberté fut pour moi un grand bonheur. J’étais peut-être comme un enfant qui découvre des possibilités illimitées d’un jouet qu’il pensait pourtant connaître sur le bout des doigts. C’était une joie curieuse de me laisser aller dans cet univers. De nouvelles portes semblaient s’ouvrir les unes après les autres. Ce n’était d’abord qu’un plaisir ludique – et cela n’a jamais cessé – mais je me suis alors pris au jeu, suivant des cours de comédie et de comedia dell arte. »

Bruno Coppens

“Comme avec Devos ou avec Sol, on est à mille lieues de du rire à tout prix, de la complaisance et de la vulgarité. On ne sent pas manipulé mais intelligent et interpellé.  La salle plonge dans le jeu étourdissant d’une jonglerie avec les mots où les spectateurs s’amusent autant que lui“ 

Le devoir (Montréal)