Je mène une vie scène

Une bonne louche de vacheries, une cuillère de poésie, un brin de mélancolie, sans oublier un hommage à Raymond Devos dont nous fêtons les 100 ans de la naissance.

Bruno Coppens a beaucoup divagué pendant le confinement. Le feu des projecteurs lui a tellement manqué, ainsi que votre présence, vos regards, vos rires. Tout empêtré qu’il était à tourner en rond dans son salon ! Il nous revient, en lever de rideau, et c’est une joie de retrouver son univers tendre et décalé, pour nous raconter le monde d’après ou plutôt… de l’à-peu-près.

Je mène une vie scène ! », c’est d’abord le désir pressant de vous retrouver, cher public ! Et aussi une folle envie de vous raconter :
Comment j’ai tenté de fuir le monde en engageant… une doublure!
Comment j’ai voulu me réinventer en devenant… mime!
Comment j’ai trouvé le chemin de la résilience… pour vous y emmener!

Bruno Coppens mène une vie scène ! Alors, prenez place !

Mise en scène Eric De Staercke
Avec Bruno Coppens

Andropause

Mes premières bouffées de chaleur, c’est pour quand ?
Quel sera la playlist à mon enterrement ?
Y’a-t-il une vie après l’humour ?

J’aime être en peignoir dans un spa toute une journée, j’ai gardé ma ligne fixe et je ne prends plus le bus de peur qu’un jeune ne se lève pour me laisser sa place. Suis-je déjà entré en Andropausie?
Les femmes ont tellement de chance! Leur ménopause est si démonstrative et nous, les hommes? Rien!
N’étant pas andropologue, je viens sur scène raconter mon slalom d’homme de l’enfance jusqu’à l’obsolescence programmée, mon échelle de Richter du coeur, ma « to do list » pour le futur, pour mon enterrement et plus si infinité…

Andropause, un check-up à vif, un lâcher prise sans fard.
La vie est un oignon et les années, ses pelures.
Bruno se retrouve presque tout nu,
la 60e pelure s’apprêtant à s’envoler.
Alors, comme tous les chemins mènent aux pauses,
Je viens ce soir devant vous
sans voeux d’artifices,
plus vrai que mature,
dérouler l’écharpe du temps
et vous raconter une vie jouant à pile ou farce.

avec la collaboration pour l’écriture de Myriam Leroy
mise en scène: Eric De Staercke et Papy
régie: Nicolas Fauchet

une co-production : Exquis Mots – Théâtre Le Public
avec l’aide du tax shelter du gouvernement fédéral

 

Loverbooké

L’histoire de l’homme qui sacrifie sa vie par amour du prochain… et du suivant !

Dans ce seul en scène, j’ai décidé de léguer mon corps… à la séance pour réenchanter le monde. Chambouleversé par cette planète en phase terre minable, je viens au chevet d’un public à consoler sans modération pour lui donner l’élan viral: nos échecs sont des réussites qui s’ignorent!

Comme l’homme ne descend pas du sage, il remontera dans le temps pour trouver la faille, cet instant de l’Histoire où tout a foiré. Jeanne d’Arc, Christophe Colomb, les Bonobos et Trump… notre sauveur 2.Zorro prendra notre passé et le présent à bras le coeur afin de réécrire notre monde qui part à la dérêve. Mettra-t-il le chaos K.O?

J’ai créé aussi des personnages perdant le sens de la réalité comme cet homme allant chez son médecin pour avoir… un burn-out car dans son CV, pouvoir ajouter« a connu un burn-out », serait un must! La dépression profonde devient une valeur pour réussir demain!

mise en scène: Eric De Staercke
assistant à la mise en scène : Olivier Lenel
régie: Nicolas Fauchet

une co-production : Exquis Mots – Théâtre Le Public
avec l’aide du tax shelter du gouvernement fédéral